Sexualité feminine : essayez l'ostéopathie !



Sophie Bizé

Chroniqueuse chez Naturemania. Plus d'articles
Fondatrice de l'agence de communication REVELESENS à Nantes.


L’ostéopathie, réputée pour son efficacité dans le traitement des problèmes concernant de la mécanique vertébrale et les troubles crâniens des nouveau-nés, possède une autre corde à son arc, encore insuffisamment exploitée, l’ostéopathie viscérale et gynécologique qui rend des services appréciables aux femmes et dans certains cas aux hommes, améliorant à la fois leurs problèmes physiques et sexuels.
L’ostéopathe est devenu un praticien incontournable dont les soins complètent harmonieusement ceux des gynécologues et sexologues, à condition que les indications soient bien posées.

Nous avons interrogé Guy Roulier, auteur de nombreux livres santé désormais classiques et de deux livres numériques récents  intitulés « Vivre mon corps de femme  » ebook en PDF, ouvrage contenant des conseils précieux que toute femme devrait suivre dans toutes les circonstances de sa vie (2 volumes) et « L’ostéopathie au féminin » qui vous explique tout ce que l’ostéopathie peut faire pour la femme.

Sophie Bizé  - L’ostéopathie a un tel succès que certains pensent qu’il ne s’agit que d’une effet de mode. Pouvez-vous nous dire depuis quand il a été démontré l’intérêt de cette discipline de la santé pour les problèmes des femmes et en particulier les problèmes sexuels ?

Guy Roulier  - Nous n’avons pas attendu la loi de 2002 reconnaissant l’ostéopathie et les décrets d’application tout récents pour dispenser nos soins aux femmes pour les aider à résoudre leurs problèmes spécifiques souvent liés à leur vie sexuelle. En effet, les premiers travaux effectués dès 1984 dans le cadre de mon mémoire puis d’un rapport chiffré sur le rôle des ostéopathes (lire ici) , il apparaissait que 5% environ des consultations en ostéopathie concernaient des problèmes affectant la sphère gynécologique avec toutes les interférence sur le vie sexuelle que l’on peut imaginer.
Je me souviens d’un couple qui, marié depuis 3 ans n’avait pas pu avoir de rapport sexuel tellement les tentatives étaient douloureuses. La séparation était envisagée et c’est un médecin avant-gardiste qui leur conseilla de me consulter. En fait les causes étaient multiples créant ce que l’on appelle une dyspareunie : malposition du coccyx (secondaire à un choc), malposition de l’utérus, blocage du diaphragme engendrant un état de stress aggravant les spasmes musculaires, bref, la totale !
En 3 mois de traitement et d’exercices à pratiquer en couple, tout s’arrangea progressivement. Ils eurent un enfant un an après.

Sophie Bizé  - Cela paraît trop beau pour être vrai, mais en fait cela n’a rien d’étonnant si vous avez éliminé toutes les causes du problème.

Guy Roulier - Je n’ai pas éliminé toutes les causes du problème car l’aspect psychologique doit toujours être pris en compte. L’erreur la plus fréquente consiste à croire qu' en matière de sexualité, tout est psychologique, même s’il est incontestable que le désir sexuel est impulsé par une réaction chimique au niveau du cerveau ! L’aspect mécanique et énergétique (entendez par là le fonctionnement du système nerveux végétatif, de la micro-circulation des fluides corporels sang et lymphe) est primordial car si l’impulsion cérébrale stimule des zones bloquées, irritées et douloureuses, rien ne peut fonctionner normalement ! Pour revenir à notre exemple, l’apprentissage de la respiration ventrale lente, de la relaxation s’est avérée indispensable pour casser le cercle vicieux :
peur de la douleur > stress > contractures > blocage du diaphragme pelvien et thocacique > anxiété > aggravation du stress > aggravation de la douleur…
Nous avons remplacé progressivement le cercle vicieux par un cercle vertueux.

Sophie Bizé - Pouvez-vous nous donner quelques chiffres actualisés ?

Guy Roulier - sur les millions de Françaises qui ont consulté un ostéopathe cette année, le pourcentage reste à peu près le même que celui de l’étude que j’avais coordonnée et dont les données avaient été citées dans le rapport sur les médecines différentes de la ministre de la Santé de l’époque Georgina Dufoix., soit 5 %. Il ne s’agissait pas de consultation pour troubles de la sexualité mais pour des troubles ayant une incidence sur la sphère gynécologique et donc une vie sexuelle épanouie.
Le détail se trouve dans mes ouvrages anciens et récents et je vais me contenter de vous donner une liste des troubles les plus fréquents nécessitant une consultation de l’ostéopathe :

- les problèmes secondaires à un accouchement difficile, avec ou sans épisiotomie,
- les infertilités fonctionnelles (à composante mécanique telle que antéversion utérine)
- les chutes sur le coccyx,
- les douleurs prémenstruelles sur leur composante mécanique,
- les dyspareunies (douleurs au cours de rapports),
- les névralgies pudendales (névralgies du nerf honteux),
- les spasmes à type de crampe au niveau du bas-ventre,
- les sensations de pesanteur dans le bas ventre,
- les cystalgies et cystites à répétition non infectieuses,
- les difficultés au niveau des sphincters,
- les douleurs lombaires et sacrées souvent d’origine gynécologique,
- la ptôse (descente des organes : intestins,
- les angoisses localisées au niveau de l’épigastre,
- les sciatiques, etc.

Sophie Bizé - le traitement ostéopathique suffit-il à lui seul ?

Guy Roulier - Parfois, mais le traitement de ces troubles s’effectue le plus souvent en synergie avec des praticiens tels que médecin généraliste, homéopathe ou phyto-aromathérapeute, gynécologue, psychothérapeute, sexologue, kinésithérapeute…

Sophie Bizé - Comment les patientes viennent-elles chez vous ?

Guy Roulier - Par différents canaux. La plupart du temps c’est le médecin généraliste, la gynécologue ou la sage-femme qui m’adresse la patiente. Il s’agit de praticiens ayant une connaissance de l’ostéopathie viscérale pour en avoir vu les résultats sur leurs patientes ou elles-mêmes. Dans les autres cas c’est par relation, les patientes améliorées ou guéries en parlent à leur famille et amies.

Sophie Bizé - Quelles précautions d’usage devez-vous prendre pour aborder et traiter ces sujets encore parfois tabous ?

Guy Roulier -Les techniques intrapelviennes ne peuvent être dispensées que par des ostéopathes habilités (de formation médecins, sage-femme, kinésithérapeute). La précaution élémentaire à la fois éthique et technique consiste à expliquer clairement la démarche ostéopathique, les techniques que nous allons utiliser et obtenir ensuite le consentement éclairé écrit de la patiente (ou du patient pour par exemple une réduction de coccyx par voie interne). Un praticien qui ne procède pas de cette manière commet une faute morale.
Ces conditions remplies, les consultations s’effectuent dans la sérénité et la confiance réciproque, meilleur gage de réussite du traitement. Pour en savoir plus sur ces sujets passionnants :

Vidéo ostéopathie - Que peut l'ostéopathie pour les troubles féminins ?

 

 

« Vivre mon corps de femme » volume2
Tous les troubles féminins et leurs traitements préventifs et curatifs naturels et synergiques. l Cliquez ici pour découvrir ce livre

" L'ostéopathie au féminin"
Découvrez comment l'ostéopathie peut vous aider, quels sont ses principes, ses limites, qui est ostéopathe. l Cliquez-ici pour découvrir ce livre
Par Guy Roulier - Ostéopathe et praticien de la santé durable.
Auteur de nombreux livres à succès sur la santé naturelle.

Bookmark and Share